Article_ITW_Responsable Adjoint Paie-2Bonjour Arnaud !

Parle nous du quotidien au pôle Social chez Stengelin ?

Aujourd’hui avec Bénédicte Caqueret, Associée & Directrice du pôle Social chez Stengelin, et les cinq autres collaborateurs de l’équipe nous œuvrons pour le même objectif, à savoir, se positionner au plus près des besoins de nos clients.

Concrètement, au-delà de la gestion de paie et de l’administration du personnel qui font partie intégrante de notre quotidien, nous sommes leurs référents sur les questions liées aux ressources humaines. Finalement, nous intervenons bien au-delà de l’aspect administratif en apportant un véritable conseil.

Qu’est ce qui te plaît dans ce métier ? 

Pour la petite histoire, plus jeune, j’ai lu dans le journal français ‘Les Echos’, un article intitulé ‘Les 7 jobs en or en France’ qui mettait en avant le métier de Gestionnaire de Paie et qui le présentait comme un job stimulant. Après plusieurs années d’expérience dans le domaine, je valide : c’est un métier dans lequel je m’épanouis professionnellement et personnellement !

Nous sommes sur tous les fronts et en questionnement permanent. En effet, dans un contexte de digitalisation certain, notre métier et les outils évoluent très vite et nous nous devons de nous réinventer. La mise en place progressive de l’automatisation nous permet de dédier davantage d’énergie à des tâches à plus forte valeur ajoutée.

De plus, je suis le référent informatique Paie & RH au sein du cabinet et, avec Cédric Caqueret, Manager Flux chez Stengelin, nous cherchons le meilleur moyen pour optimiser et sécuriser la paie de demain pour nos clients. Ensemble, nous imaginons de nouveaux process (mise œuvre de la RGPD, etc.). Un vrai défi !

Selon toi, quelles compétences sont nécessaires pour réussir en Ressources Humaines ?

Les ingrédients clés de nos métiers au pôle Social sont la curiosité et l’obstination. Nous nous devons de rester en veille sociale permanente et de ne jamais s’arrêter d’apprendre encore et encore. Bien sûr, une appétence pour les chiffres, le droit et le sens des relations humaines est requise. Enfin, je dirais qu’il est nécessaire de savoir prendre du recul et d’avoir une bonne organisation pour pouvoir gérer les urgences car comme disait Karl Lagerfeld ‘No second option’.